Les bienfaits de l’allaitement maternel

Les informations données sur ce site concernent les préparations lactées disponibles pour les nourrissons, utlisées lorsque l’allaitement  n’est pas choisi par la mère ou lorsque cela ne lui est pas possible. Les pédiatres préconisent l’allaitement maternel, il n’y a pas de meilleur aliment pour un nourrisson. Le  lait maternel est source de nombreux bienfaits pour sa santé et contient tous les éléments nécessaires à sa croissance. Allaiter permet aussi de développer de riches interactions entre la mère et son enfant.
L’allaitement est également bénéfique la maman : pour sa santé, pour renforcer sa confiance en elle en tant que mère, ainsi que les liens d’attachement avec son bébé.

Le lait maternel couvre tous les besoins du bébé

Un allaitement exclusif pendant les 4-6 premiers mois permet de couvrir tous les besoins nutritionnels du bébé. Le lait maternel contient les vitamines, sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses et protéines dont le bébé a besoin pour bien grandir, le tout, en justes quantités. Sa composition évolue au cours de la tétée, pendant la journée et au fil des mois pour s’adapter aux besoins de l’enfant. Entre 4 et 6 mois révolus, la diversification de l’alimentation est mise en place mais le lait restera toujours un aliment principal.

Le lait maternel protège contre les infections

Le lait maternel permet au bébé de mieux se défendre contre les agents infectieux, en particulier grâce aux anticorps qu’il contient. Les bébés nourris au lait maternel sont moins souvent et moins gravement malades (cela vaut tout le temps de l’allaitement et jusqu’à 3 mois après son arrêt). Ils sont moins sujets aux gastro-entérites, aux otites, aux infections respiratoires ou encore aux infections urinaires.
Plus la durée de l’allaitement sera prolongée, plus le bébé sera protégé contre les infections. Les bienfaits de l’allaitement sur la santé du bébé sont manifestes si l’allaitement est exclusif au moins trois mois.
Il ne s’agit pas d’une protection totale mais d’une diminution du risque.

Le lait maternel protège les bébés à risque contre l’asthme et l’eczéma

Le lait maternel contribue à réduire la fréquence de certaines allergies (eczéma et asthme uniquement) chez les “enfants à risque” à condition que l’allaitement soit exclusif pendant au moins 3 mois. Il ne s’agit pas d’une protection à 100 % mais d’une diminution du risque de survenue des allergies.
Un enfant est prédisposé aux allergies quand sa mère, son père ou encore son grand frère ou sa grande sœur sont eux-mêmes allergiques. Le lait maternel ne protège cependant contre le risque d’allergies que jusqu’à 2 ou 3 ans.

Le lait maternel se digère plus facilement

Le lait maternel contient moins de protéines, plus facilement digestes et de sels minéraux que le lait de vache. Sa composition, parfaitement adaptée au bébé, explique qu’il se digère plus facilement que les laits industriels et surcharge moins l’élimination rénale.
Le bébé reconnaît l’odeur de sa mère et celle de son lait, tout comme la mère sait distinguer l’odeur de son bébé. Or, le lien d’attachement se tisse aussi autour de l’odeur reconnue. A travers l’allaitement, la confiance mutuelle entre la mère et son enfant est renforcée.

Les bienfaits de l’allaitement pour la maman

Les bénéfices à court terme

  • L’ocytocine sécrétée lors de l’allaitement provoque les contractions de l’utérus, lui permettant de reprendre place plus rapidement après l’accouchement et donc de limiter les saignements. Ainsi, les mamans qui allaitent ont moins de risque de manquer de fer, d’autant qu’avec la lactation, l’absorption intestinale du fer est meilleure.
  • Allaiter favorise la perte de poids après l’accouchement.
  • Allaiter donne confiance en soi, permet de développer des interactions très riches avec son bébé, qui renforcent les liens d’attachement avec son enfant.

Des difficultés peuvent apparaître lors des premières mises au sein (sentiments contraires : plaisir/déplaisir, peur de ne pas avoir assez de lait, de ne pas y arriver, douleurs…). Il ne faut pas hésiter à en parler au pédiatre ou à la sage-femme qui a accompagné la grossesse.

Les bénéfices à long terme

  • L’allaitement réduit le risque de survenue de certains cancers gynécologiques (cancers du sein et de l’ovaire notamment).
  • L’allaitement pourrait protéger contre le risque d’ostéoporose après la ménopause.